The International Foundation Of Soul Healers©
Paris / Londres – Septembre 2020

Les Trois Grands Principes de la Guérison de l’Âme par :
Le Christ, Les Archanges, Luc Benhamou

La Guérison Christique Diamantaire
Les Annales Akashiques – (Ou Vies Antérieures), Le Massage Quantique.

Luc Benhamou – Auteur – Médium – Conférencier – Copyright© – Septembre 2020
Site Web de la Fondation : https://soulhealersfoundation.com/
Lien Linktree :  https://linktr.ee/soulhealersfoundation

Contact pour les RDV et les Séances Individuelles : 
soulhealersfoundationparis@gmail.com
Contact pour la Fondation (Certification Credas) – Paris – Londres
Mail : contact@soulhealersfoundation.com

Bonjour à Toutes et à Tous,

Voici le Témoignage vécu d’une NDE (Near Death Experience) de Florence Brun,
écrit le 8 Novembre 2020.

 

L’Être que je suis est sans peur de la mort…

Cela fait des semaines et des semaines que ce souvenir tourne en boucle… Pas un jour où il n’est pas présent…

Peut-être que de l’écrire et de le partager aura un effet « libérateur »?

Qui ne tente rien n’a rien…

Je ne sais combien de fois j’ai tenté de l’écrire, sans arriver à trouver les mots…

Aujourd’hui encore, je ne suis pas certaine de pouvoir être juste et de parvenir à vraiment décrire ce que l’Être que je suis a vécu, afin de l’offrir à chaque Être qui le lira…

Depuis le mois de mai, grâce à l’expérience d’un soin de Guérison christique diamantaire (basé sur l’énergie quantique), la peur de vivre s’en est allée. Elle accompagnait l’Être que je suis depuis son arrivée au monde… Le chakra racine était bien fermé depuis la naissance…

La peur de vivre représentait un poids énorme, logé au creux du ventre – tellement pesant, tellement présent qu’il avait fini par paraître naturel… Et il a enfin disparu!

C’est quelque chose de très particulier, la peur de vivre, difficile à décrire… Et d’ailleurs je ne suis pas encore prête à en témoigner…Pourquoi, comment?

Généralement, c’est plutôt la peur de la mort qui accompagne les êtres.

Les réponses viendront peut-être – ou pas…

Que des suppositions, aucune certitude….

Poids des charges karmiques dues aux expérimentations de la lumière sombre, certainement…

Je suis née au mois de mai. Dans l’arbre Séphirotique cela correspond au chœur des Chérubins, l’avant dernier étage à franchir pour retourner à la Source…

Ai-je réalisé plusieurs fois ce palier? Sans doute, le contraire serait étonnant…

Le chœur d’avant est celui des Trônes est décrit comme particulièrement éprouvant. Là aussi, il est fort probable que l’Âme a séjourné à de multiples reprises… Est-ce à ce niveau que la peur de vivre s’est incrustée en l’Être, comme une marque au fer rouge?

La peur de reproduire des expériences douloureuses? La peur d’être confrontée à l’ombre?

Contrepartie merveilleuse : pas de peur de la mort! En tous les cas, aucun souvenir de cette peur n’est présent. Rien de rien…

Merci la vie! L’Être que je suis est sans peur de la mort … Je peux même dire :au contraire…

La vie offre des expériences incroyablement riches, magnifiques, qui laissent des traces indélébiles…Et qui nourrissent ô combien toute l’existence…

En août 1974, alors âgée de 9 ans, j’ai eu un très grave accident de la route… Plus de 7 semaines d’hôpital…

La famille habitait un petit hameau dans le Périgord blanc, à mi-chemin d’une grande descente conduisant au premier village. Là se trouvait une épicerie dont le rayon bonbon attirait toutes les convoitises des enfants des alentours. Avec Valérie, sœur cadette, nous allions régulièrement y dépenser nos centimes. Le premier prix était de 1 centime le bonbon – alors avec 1 franc, (100 centimes!), c’était les poches pleines que nous repartions!!!

Nous partions à vélo, à fond la caisse dans la grande descente, marquant à peine le « stop » de la route départementale à traverser pour aller jusqu’au village…

Pour une fois, j’étais devant… J’ai laissé passer l’autocar et j’ai accéléré… Je n’avais pas vu la voiture collée derrière lui…

Le corps a percuté de plein fouet l’auto, explosant le pare-brise et rebondissant dans l’air en un magnifique volplané, de l’autre côté de la route, pour s’écraser sur le sol (7mètres plus loin, selon ce qui a été constaté!)

Par bonheur, la tête est tombée dans l’herbe haute du fossé, le reste du corps sur le bitume…

Je n’ai pas vraiment réalisé ce qui se passait…

En une fraction de seconde j’étais en l’air, à la cime de l’arbre près duquel le corps était tombé.

J’ai vu le corps allongé sur le sol, j’ai le souvenir de m’être demandé ce qu’il faisait là…

J’ai vu Valérie, petite sœur affolée, en larmes, appelant, criant pour que je me réveille.

Je baignais dans une incroyable lumière dorée à la fois intense et douce. Elle semblait chargée de poussière dorée qui scintillait et dansait tout autour de l’Être, l’enveloppant d’Amour. Je ne ressentais aucune douleur, aucune souffrance, aucune inquiétude, juste une grande joie, une grande paix, une incroyable légèreté…

J’ai vu Valérie partir sur son vélo à toute vitesse, ne comprenant pas pourquoi elle allait si vite… J’ai le souvenir d’avoir pensé qu’elle ne prenait pas la bonne route pour aller à l’épicerie…

J’étais fascinée par la sensation de légèreté, réalisant que je flottais littéralement dans l’air… Habitée par une incroyable joie. J’avais la sensation d’être instantanément là où le regard se posait…

C’est alors que j’ai vu un immense cercle de lumière blanche, auréolé de doré… A l’intérieur, des silhouettes se balançaient doucement, semblant observer la scène… L’air était d’une incroyable douceur, tout était beau, resplendissant de bonheur, de quiétude, d’une force d’Amour indescriptible. J’étais au milieu d’un champ. Les herbes étaient hautes. Elles ondulaient avec un vent léger et j’étais fascinée par leurs mouvements, qui ressemblaient à des vagues avec lesquelles je jouais. Légère comme une plume, je me sentais portée par ce vent très doux, caressée, bercée, enveloppée de douceur, de bien-être, de paix, de joie, d’Amour…J’ai le souvenir d’avoir joué « à voler », avec un bonheur infini…

Je ne sais pas combien de temps s’était passé avant que j’entende le son de la sirène des pompiers(environ 40 minutes d’après Maman).Je vois leur camion rouge arriver et s’arrêter, des hommes en sortir et se précipiter sur le corps toujours immobile au pied de l’arbre… Que faisaient ils là ?

J’ai alors senti une grande douleur, pas seulement physique mais émotionnelle. La lumière autour s’est intensifiée. En une fraction de seconde, le cercle, dans lequel je voyais un grand tunnel, s’est rapproché, puis éloigné… J’ai vu alors les silhouettes devenir encore plus lumineuses, puis s’effacer en agitant les bras comme des signes d’au revoir, invitant à ne pas les suivre – et en même temps, réconfortants de l’immense chagrin qui m’envahissait…Je ne comprenais rien à ce qui se passait! D’un seul coup j’ai eu la sensation horrible d’être aspirée dans le corps, comme emprisonnée… C’était très violent, douloureux…

L’espace de quelques secondes j’ai encore senti le corps vibrer de douleurs – et puis plus rien.

Au réveil, j’étais très étonnée. La force de la mémoire de ce que je venais de vivre était extrêmement présente. J’en étais abasourdie, désorientée, consciente que ce n’était pas du rêve ou une création de l’esprit, mais du vécu. Ne comprenant pas ce que je faisais là, ni pourquoi je n’étais plus dans « le pré du bonheur » où je pouvais voler…

Allongée sur un brancard dans un couloir aux murs blancs, j’ai le souvenir du carrelage noir et blanc qui s’est mis à tourner lorsque je l’ai regardé… J’étais seule, terrorisée, incapable de comprendre ce qui se passait… J’ai dû crier, pleurer, des soignants sont arrivés…

J’ai le souvenir qu’ils étaient étonnés que je sois vivante, ils s’agitaient dans tous les sens… Puis j’ai dû retomber dans le coma…

Le second réveil fut encore plus difficile… Petite fille blessée dans sa chair, si loin de la lumière douce, pleine d’Amour et de Paix rencontrée, je ne sentais que souffrance, douleur… Emplie d’un intense sentiment de solitude, de chagrin, de tristesse, de manque d’amour, d’abandon, de désarroi, d’incompréhension, complétement perdue, abasourdie…

En état de choc.

Appelée par le sommeil, seul refuge à la douleur, j’avais peur d’être réveillée. L’aiguille plantée dans le bras gauche pour m’alimenter faisait mal et peur. Je sais que les parents sont venus, mais je n’en garde aucun souvenir. La seconde nuit, j’ai été assaillie de cauchemars, réveillée totalement terrorisée, paniquée, secouée de sanglots…

J’ai appelé à l’aide, j’ai sonné encore et encore pour que quelqu’un vienne, pour être secourue, ne plus être seule, les yeux rivés sur la porte de cette chambre d’hôpital au-dessus de laquelle se détachait un rectangle blanc faiblement lumineux, qui s’éclairait de rouge à chaque fois que j’enclenchais l’alarme…Le temps s’étirait, personne ne venait.

Il semblait que plus les secondes passaient, plus la terreur augmentait et que je n’en sortirais jamais…

Je n’étais plus que souffrance… Incapable de me lever, ne comprenant pas pourquoi personne ne venait, pourquoi les infirmières ne répondaient pas, pourquoi j’étais ainsi abandonnée…

Les larmes coulaient sans pouvoir s’arrêter, les sanglots secouaient, une terreur inexpliquée envahissait tout l’Être… C’était atroce… je n’ai, depuis, jamais connu de sensation aussi violente…

Enfin une personne est arrivée. Je ne l’ai pas vue entrer dans la chambre. Recroquevillée dans le lit, cachée sous le drap auquel j’étais accrochée comme à une bouée, j’ai senti sa présence, entendu sa voix, douce et rassurante parler avec plein d’amour…

Je ne garde pas vraiment de souvenir de ce qu’elle disait. Je garde juste en mémoire le ton de cette voix rassurante, de cette présence si douce qui réconfortait et chassait la terreur…

Peu à peu, apaisée, j’ai arrêté de pleurer. Elle n’avait pas mis la lumière. Les yeux fatigués par les larmes, je ne voyais d’elle, dans la pénombre de la pièce, que le bleu de son vêtement, des cheveux clairs qui encadraient son visage d’une grande douceur… Je n’ai pas le souvenir de contact physique pour être réconfortée. Elle semblait à la fois très proche et comme lointaine, mais si rassurante… J’ai le souvenir de m’être un peu redressée pour mieux la voir…

J’étais complétement rassurée, apaisée. Il ne restait plus aucune trace de la terreur qui m’avait submergée tout l’Être… J’ai vu son visage, doux, clair, paisible, serein, plein d’amour, d’attention, de sollicitude, de bienveillance… « Tout va bien » chuchotait-elle en souriant, « rendors-toi, tu n’as rien n’a craindre, ne t’inquiète pas, je suis là, je veille sur toi… »

J’ai les larmes aux yeux à chaque fois que j’évoque ce souvenir. A chaque fois, c’est la même émotion incroyable qui est revécue, même plus de 40 ans après…

Et pendant qu’elle me réconfortait, je me suis rallongée et endormie….

Au matin, je me sentais bien. J’avais faim. Je voulais manger et parler!

Je n’avais qu’une idée en tête, remercier la si gentille infirmière pour son réconfort. Je voulais absolument la voir pour lui dire merci. J’étais embêtée d’avoir plongé dans le sommeil sans l’avoir remerciée… Je sentais une grande reconnaissance envers elle. Le sentiment d’avoir été sauvée était si fort, qu’il semblait impossible que je ne la remercie pas.

J’ai le souvenir d’avoir interrogé tous ceux qui venaient, aide soignantes, infirmières, etc. et cela pendant plusieurs jours…

J’avais beau leur faire une description aussi précise que je pouvais de cette dame blonde avec une blouse bleue, personne ne voyait de qui je pouvais bien parler. D’ailleurs ils disaient que personne ne portait de blouse bleue… Les infirmières étaient en blanc, les médecins en vert et les dames de service avec des rayures…

J’étais totalement décontenancée, et entendre dire et répéter que j’avais certainement dû rêver m’a renvoyé dans le silence…

Je me répétais que je n’avais pas pu rêver, un rêve ne laisse pas un souvenir aussi fort, c’est impossible à oublier…Silence, silence…

L’idée que ce pouvait être un Ange ou peut-être la Vierge qui était venu, me traversait l’esprit. J’étais bien consciente que si j’évoquais cette idée, elle n’allait pas être bien reçue…. Je connaissais les mots qui seraient alors assénés comme réponse… « Tu divagues, c’est le choc, tu as trop d’imagination, ne dis pas n’importe quoi, tu nous fatigues avec tes histoires… »Silence, silence…

D’après le témoignage des pompiers, j’étais dans le coma lorsqu’ils ont ramassé le corps… Le cœur était reparti, puis il s’est de nouveau arrêté… Je serais restée ainsi entre la vie et la mort pendant plusieurs heures.

Lorsque j’ai tenté de parler de ce que j’avais vécu, conduite par le besoin de témoigner, de comprendre, là encore des mots sont venus fermer les portes… « Tu as rêvé, c’est le choc de l’accident, oublie ça »…

Mais je n’ai pas oublié. Cette expérience est restée incroyablement présente et vivante, ineffaçable, inoubliable…

J’ai commencé à en reparler vers l’âge de 18 ans, après la lecture d’un super bouquin, « La source noire », une enquête documentaire sur le docteur Elisabeth Kubler Ross et ses recherches sur les NDE, (Near Death Expérience)…

Cela fut un grand soulagement de lire les témoignages de personnes ayant elles aussi expérimentés la mort…

Ce n’est pas pour autant que la sensation d’être entendue et comprise est venue…

D’après Maman, j’ai complètement changé après l’accident. Je suis devenue encore plus rêveuse, solitaire, lointaine, presque sauvage… Je lisais déjà énormément avant l’accident et après c’est devenu presque obsessionnel… Je passais autant de temps que possible à lire… C’était un refuge, une échappatoire à la réalité…

La réalité n’avait aucun sens, tout semblait faux, tout était incompréhensible…

Le savoir que la mort n’existait pas avait envahi tout l’Être. Or je ne pouvais partager cette connaissance. Tous ceux que je rencontrais avaient peur de la mort. J’avais en permanence la sensation d’être à part.

Je garde toujours vivante la sensation d’Amour absolu rencontré de l’autre côté.

Et toujours peut arriver, par instants, une sorte de nostalgie, l’envie d’y retourner enfin… Et de savoir que cet instant viendra est une grande joie… Non que je souhaite mourir, ou mettre fin aux jours de ce corps qui transporte l’Être que je suis. Seulement, je sais comment c’est de l’autre côté, alors que de ce côté-ci, le manque d’Amour qui s’est installé au fil des siècles est parfois bien pesant et affligeant…

Avec cette histoire de virus, la peur de mourir semble complétement envahir les Êtres, ceux de la toute planète… j’en suis abasourdie!

Alors je ne peux plus taire cette connaissance : non, la mort telle que vous l’imaginez n’existe pas! Le corps retourne à l’état de matière une fois le souffle de la vie éteint, certes, mais l’Âme reste incroyablement vivante! Plus vivante que jamais!

Nous sommes si nombreux à avoir vécu cette expérience de « passer de l’autre côté » et d’être revenus dans la matière… Tellement nombreux à témoigner de l’AMOUR inconditionnel qui y règne!

N’ayez pas peur de la mort, n’ayez pas peur de laisser votre corps, ce merveilleux véhicule de matière, retourné à la matière…Nos Âmes sont faites de Lumière divine, d’Amour inconditionnel… C’est notre matière originelle! Elle est vibratoire et incroyablement vivante, même si les yeux humains ne la perçoivent pas…

Il y a tellement de choses que l’œil humain ne perçoit pas et qui pourtant existent ! L’air, les ondes radios, les ultra-violets, les rayons gammas, les odeurs, les molécules, les atomes…!

Lorsque c’est l’heure de retourner à la Source, de repasser de l’autre côté, c’est que c’est l’heure, c’est tout… L’Être comprend tout une fois revenu à sa forme originelle…

Le jour de cet accident, ce n’était pas l’heure pour l’Être que je suis.

Cependant, cette expérience n’est pas arrivée par hasard… Il y a une raison à toute expérience. Une leçon à entendre, à comprendre, assimiler et intégrer.

C’est cela vivre, expérimenter encore et encore, pour retrouver le chemin de la Source…

Pendant de nombreuses années, j’ai été incapable d’avoir des souvenirs sur ce qui s’était passé, et sur la manière dont l’accident s’était produit. Je n’avais que les témoignages de Valérie et des parents…

Une question revenait sans cesse: dans quel état d’esprit étais-je au moment de l’accident? Je ne comprenais pas pourquoi il était si important que je le sache. Seulement je sentais que c’était nécessaire, qu’il y avait un lien…

Je n’avais pour mémoire que ce qui m’avait été raconté. Aucune image des instants qui avaient précédés, de la descente « à fond les manettes », du bus arrivant au croisement, du choc du vélo contre ce véhicule que je n’ai pas vu. Aucun souvenir du corps se fracassant contre le pare-brise qui a explosé. Aucun souvenir de ce vol plané qui a projeté le corps dans les airs et l’a fait atterrir sur le bord du fossé sous le regard de la sœur cadette… Rien, je ne gardais absolument aucun souvenir…

Il y a eu de nombreuses années de « recherche » avant que la mémoire accepte enfin de revenir…

Tout est revenu d’un bloc. Avec une incroyable précision. J’avais 27 ans. Lors d’un rêve, j’ai revécu tout le déroulement des heures qui ont précédés l’accident, l’accident, la décorporation, le séjour à l’hôpital…

J’avais été ce jour-là dans une grande colère contre Valérie. Habitée par un énorme sentiment d’injustice, de désir de revanche, de vengeance! Les raisons étaient ce que je peux qualifier aujourd’hui de « broutilles », (j’aime bien ce mot…) et qui n’ont aucune valeur ni nécessité d’être évoquées… Nous faisions la course à chaque fois que nous allions chercher des bonbons. Celle qui perdait devait en donner une part à l’autre. Je perdais toujours, parce qu’à chaque fois je faisais un arrêt au stop et pas Valérie(et elle pédalait sacrément vite!)Lui donner une part de bonbons n’était généralement pas vécue comme catastrophique… Seulement ce jour-là, j’étais vraiment habitée par une colère noire contre elle. J’avais décidé que je gagnerais la course, de ne pas faire d’arrêt au stop et d’arriver la première! Il était hors de question que je perde cette fois ci : elle allait voir, ce qu’elle allait voir!

La suite en a décidé autrement.

Colère, vengeance, revanche… Autant de sentiments nourris par l’ombre… Tellement loin et opposés à la Lumière!!!Quelle leçon magistrale!

Je ne l’ai vraiment compris qu’avec le retour de la mémoire… Cependant, l’inconscient avait déjà intégré… Heureusement pour l’Être que je suis, ces émotions se sont mises à faire peur après l’accident… Il n’était plus possible de les laisser s’exprimer sans la sensation que c’était à l’Être que je suis que cela allait causer du tort…

Je remercie l’Univers, la Source, Dieu, peu importe le nom donné, d’être née dans un environnement chrétien. D’avoir rencontré très tôt dans cette existence la parole de Jésus, d’avoir eu le bonheur d’y trouver un sens à la vie, un soutien, un enseignement ô combien vivant, un réconfort, un accompagnement, une sagesse vibrant dans tout l’Être que je suis, loin du dogme de la religion, tout près de Dieu et de sa Source infinie d’Amour…

Je ne sais pas quel nom donner à cette force, à cette énergie, à cette réalité tellement vivante, immense, infinie, reliant et unissant tout ce qui Est, tout ce qui existe, visible et invisible, bien au-delà de la croyance. Cet Amour sans limite, source infinie de créations dont nous sommes, nous les Êtres humains, le témoignage vivant.

Et si de l’autre côté tout est Amour, il ne tient qu’à nous qu’il en soit de même de ce côté-ci… Aimons-nous les uns les autres, remercions pour cet incroyable Présent qu’est la vie, l’expérience dans la matière « solide »… Retrouvons la lumière, détournons-nous de l’ombre…

Ne nous jugeons pas. Nul ne peut savoir le « fond » d’un Être, les raisons pour lesquelles il a à expérimenter telles ou telles choses…

L’ombre existe tout comme la lumière. Paradoxalement, sans lumière, il n’y a pas d’ombre, juste l’obscurité. C’est la lumière qui permet à l’ombre d’être révélée… Or la vie ne peut exister dans l’obscurité. La vie a besoin de lumière pour se développer. Par-contre la lumière peut très bien exister sans l’ombre, et la vie en pleine lumière est ô combien dynamique! Ce sont des « lois » de la physique.

Tous les grands sages de l’humanité sont unanimes au sujet du sentiment de peur. C’est l’opposé direct de l’amour. C’est ce qui nourrit l’ombre. Il existe tellement de textes sur le sujet que cela représente des heures et des heures de lecture!

Des peurs, il en existe de multiples dans la nature humaine… La peur de la mort est certainement la plus grande, celle qui nourrit le plus l’ombre…De cette peur naît toutes les autres : la peur de manquer, la peur de souffrir, la peur de perdre, la peur de l’autre, et la liste est longue… Il y a même la peur de vivre… De la peur naît toute la gamme des émotions qui nourrissent l’ombre – un vrai désastre pour l’Âme, un ravage total!

La peur de la mort, c’est la négation de notre origine première, celle qui nous a créés et qui est l’Amour, la Lumière suprême et éternelle…

Ne laissons pas la peur de la mort et l’ombre qu’elle représente nous éloigner de la Lumière et de la joie d’Être des Âmes porteuses de cette Lumière, ici et maintenant, dans l’expérience de la matière…

Le temps d’expérience d’une vie humaine est bien court face à l’éternité de l’Âme!

La mort du corps n’est qu’une étape pour l’Âme que nous sommes, juste une étape, c’est tout…

Tout ce dont je témoigne ici a été rendu possible grâce aux merveilleux soins de Guérison christique diamantaire reçus depuis mai dernier… Avant je n’aurais jamais osé…

L’Être que je suis est en cours de guérison. Avec la disparition de la peur de vivre, je peux enfin exprimer ce que je comprends, ce qui anime l’Être que je suis, et le partager.

Je vous aime, Âmes incarnées dans cette vie humaine, que vous soyez dans l’ombre ou dans la lumière, peu importe…

Nous sommes juste de passage… Tous unis par la Lumière infinie de la Source qui nous a créés… Nous en venons et y retournerons, quel que soit le chemin que nous empruntons… La peur est une création du mental, alimentée par l’ombre. Laissons la Lumière reprendre la juste place qui est la sienne, celle de l’Amour infini de la Création!

N’ayez pas peur de la mort…

Merci Infiniment Florence pour ce témoignage vécu, je vous souhaite à tous et à toutes une merveilleuse Présence… A la Vie.

Vous pourrez retrouver de nombreux témoignages de cette réalité expérimentée sur le Site Web de la Fondation, ainsi que sur les différentes Pages Facebook, YouTube, Instagram, IGTV ETC. 

(Voir les liens ci-dessous en bas de page).

Luc Benhamou

Auteur – Médium – Conférencier
Fondateur et Président de :

Fondation Internationale des Guérisseurs d’Âmes
The International Foundation of Soul Healers

Copyright – © – Novembre 2018

Par SMS uniquement : +33 (0)6 32 84 97 03

Ci-Après, l’ensemble des Liens et Médias existants à ce jour, à votre discrétion :

Contact pour la Fondation :
contact@soulhealersfoundation.com

Contact pour les séances individuelles :
soulhealersfoundationparis@gmail.com

Site Web de : The International Foundation Of Soul Healers :
https://soulhealersfoundation.com

Lien linktree :
https://linktr.ee/soulhealersfoundation

Facebook Page : Luc Benhamou
https://www.facebook.com/luc.benhamou.71

Facebook Fan Page :
Soul Healers Foundation Paris – Luc Benhamou
https://www.facebook.com/soulhealersfoundationparis/

Facebook Fan Page :
Âmes en réversion Karmique – Luc Benhamou et Pascale Grissmer :
https://www.facebook.com/AmesenReversionKarmique/

Facebook Page – Personnalité Publique
Luc Benhamou – Auteur – Médium – Conférencier :
https://www.facebook.com/Luc.Benhamou.Auteur.Medium.Conferencier/

Instagram/ IGTV Pro : Soulhealersfoundation

Dans la chronologie des liens direct à la chaîne Odysee :
 https://odysee.com/@soulhealersfoundation:2

Dans la chronologie des liens direct à la chaîne YouTube :
https://www.youtube.com/c/SoulHealersFoundationParisLucBenhamou

✨ Le Cercle de Lumière du 1er Mai 2021
12 Mediums en Présence et en Fusion
https://youtu.be/Re86cXreMVY

✨ Le Cercle de Lumière du 28 Mars 2021
https://youtu.be/FU8iyLWy0T8

Teaser Vidéo
 Genève 30 et 31 Janvier 2021 « Soins Collectifs de « Guérison Christique Diamantaire »
https://youtu.be/NbgOLh7wImg

Conférence Live – Vidéo du 7 Octobre 2020 « La Newsletter Stellaire » 
« Les Canaux Médiumniques » – « Interview et Live Facebook avec Arnaud Mahler »
https://youtu.be/gMGYPzzW7vo

Conférence Live – Vidéo du 3 Juin 2020 « La Newsletter Stellaire »
« Le Miroir des illusions – Le Corps Quantique »
`« Interview et Live Facebook Arnaud Mahler »
https://youtu.be/IxyhvkjN9zA

Conférence Live – Vidéo du 8 Avril 2020 « La Newsletter Stellaire »
« Interview et Live Facebook Arnaud Mahler »
https://www.youtube.com/watch?v=lgdrZHjcaKE

Conférence « De la Communication à la Communion… »
du Samedi du 14 Septembre 2019 à Breitenbach/Alsace
https://youtu.be/U1JFgJJ0VVc

Film/Teaser : « Le 2 éme voyage de la Reconnexion de L’Âme »
Sedona /Arizona : Voyage Quantique dans les Vortex simples et Bi-Spiraux
(Du 1er au 13 Septembre 2019)
https://youtu.be/PbGgxt1pQJ8

Conférence vidéo du 28 Juillet 2018 au :
« Château de Reilhanette à ciel ouvert » :
Communication Quantique – Vies Antérieures
« L’Amour c’est de la Com…»
https://youtu.be/o598Ho26ino

Video conference of July 28, 2018 at the :
“Château de Reilhanette in the open air” :
English Subtitles « Quantum Communication
Anterior Lives – « Love is the Com … »
https://youtu.be/bqs8Y0jJHus

Vidéo/Teaser « Remerciements »
https://youtu.be/VaC_m-aGVEw

Meeting March 9th 2017 – English Subtitles –
https://youtu.be/Syvm4TxRXj0

Entretien Vidéo du 9 Mars 2017
https://m.youtube.com/watch?v=ZNRg8cI87gE

Bannière Vidéo YouTube – Soul Healers Foundation Paris
https://youtu.be/MP1FC3rvhdM

Entretien Vidéo « Autobiographie » du 22 Novembre 2016
https://m.youtube.com/watch?v=ZZS1IGj-BSU

Vidéo Meeting « Autobiography » November 22th 2016
English Subtitles
https://youtu.be/ZZS1IGj-BSU

Interview du 24 Janvier 2017 / Article du journal Tepaseul magazine :
http://www.tepaseul-magazine.fr/lamour-inconditionnel-coeur-de-lhumain/

✨Amour et Paix 💜 Luc Benhamou
Merci Infiniment, je vous souhaite une merveilleuse présence de Vie…

Luc Benhamou

Auteur – Médium – Conférencier
Fondateur et Président de :

Fondation Internationale des Guérisseurs d’Âmes
The International Foundation of Soul Healers

Copyright – © – Novembre 2018

Par SMS uniquement : +33 (0)6 32 84 97 03

Restez Informés de l’Actualité de la Fondation

Pour être tenu informé des dernières Nouvelles et Articles,
merci de remplir les champs ci dessous :

Partager cette Page sur les Réseaux Sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn