Bonjour à toutes et tous,

Voici en partage, un extrait du préambule et du premier chapitre du Livre en finalisation d‘écriture, qui sera proposé à l’édition l’année prochaine…

Je vous souhaite un merveilleux instant de Lecture.

Si vous êtes en relation avec un éditeur qui pourrait être intéressé, n’hésitez pas à partager cet extrait …
Merci infiniment. Luc Benhamou.

« La Mécanique Céleste de Théodorus LanZaroth
Mémoires d’un Voyageur Atemporel – Tome I »,

Un Road Movie, une Fiction Autobiographique vécue et expérimentée, un parcours de vie incarnée, de l’initiation à la conscience de l’Être…

(Image du film « Alice aux pays des Merveilles »
Copyright Tim Burton – 2016)

Luc Benhamou – Auteur Médium Conférencier
Tout droit de reproduction interdit, même partiel sans l’autorisation de l’auteur. N° SACD : (dépôt légal 2019)

« La Mécanique Céleste de Théodorus LanZaroth –
Mémoires d’un Voyageur Atemporel – Tome I »,

« À l’Aube des temps, où les lueurs du feu originel sortaient du ventre du monde, influencées par les lumières du ciel qui se jouaient des formes sur les premiers reliefs de la terre, naissait dans le reflet des eaux de l’univers l’humanité, qui devint celle des peuples. Ils ont marché et peu à peu, se sont posés sur l’horizon.

Ils se sont approprié la matière apprenant à la maîtriser et s’emploient à forger leur avenir, leur propre immortalité.
Dans le prolongement d’eux-mêmes, ils érigent des monuments vers le ciel pour capter les lumières et les souvenirs qui venaient de lui.
Ils construisent plus grand et plus vaste qu’ils ne le sont, cherchant à rejoindre la Source au-dessus, oubliant que l’origine fait partie de nous, que les mémoires se trouvent dans nos corps et sous nos pieds.

Les pierres sont les miroirs des âmes et des civilisations qui s’expriment et les peuples laissent aux vents qu’ils créent, le dessein de les caresser ou de les détruire.
À la terre de porter la matière, au feu d’ouvrir les ténèbres, à la lumière d’ouvrir ses arcs de couleurs où se prononcent l’amour et la haine qui saisissent les regards dans la douceur et les larmes de la peine.
Terre… dans la présence et l’ignorance, théâtre des êtres et de l’ombre, ils bâtissent dans les villes leurs temples et ses lumières. »

Texte d’introduction – voix Off du film: Lights Of India – Copyright Luc Benhamou
Préambule

Je suis né Homme, un jour au cœur de l’hiver de l’année 1964, j’étais attendu sans l’être, en présence, je suis arrivé sans le premier accord harmonique de la vie, sans la note céleste immuable de la création, sans la vibration juste que l’on nomme Amour, est-ce un hasard ? Non, parce qu’il n’existe pas.
Il m’aura fallu du temps pour le comprendre et retrouver la présence du vivant, retourner consciemment sur les traces de mes existences enfouies, lâcher prise, accepter et accueillir ce qui devait l’être, ce qui est. Vivre les épreuves en résonance qui m’appartenaient au sens propre, celle de la réappropriation personnelle, individuée et nécessaire à toute révélation partagée avec le monde. Tout est lié, rien n’est séparé, le mental et les peurs qui en découlent nous égarent du vrai, de l’authentique présent, de la conscience de cette réalité… la Source.

A l’âge de 15 ans j’ai vécu un état de conscience modifié…vu une scène future du potentiel de cette actuelle incarnation, je compris alors que si je réussissais dans cette vie à franchir les étapes de transmutations, je serais amené à accompagner l’humanité… Dans les années qui ont suivi, je percevais l’interaction profonde qui liait les êtres aux évènements. Vers l’âge de 19 ans et pendant dix années, j’ai lu tout ce qui pouvait exister sur l’après vie, les textes classiques et anciens, la symbolique, la chiromancie, la cartomancie, l’astrologie etc.

Tout ce que je lisais, est tel un reflet vivant existant, déjà vu, vécu et connu. A 26 ans, dans une débâcle de tristesse dont je n’arrivais pas à toucher le fond, l’Archange Michael est apparu, j’ai senti la signature vibratoire de sa présence dans la chambre. Il a augmenté la vibration de l’Être pour une décorporation partielle, me montrant l’immensité du cosmos d’où il prononça ces mots, gravés à jamais au cœur de l’Âme : « Luc… n’oublie jamais d’où tu viens… »

Voici l’histoire de Théodorus LanZaroth… La réalité ultime baigne dans l’immensité du tout. Instants de grâces accompagnés de la voix céleste de Simius 5ème Harmonique Stellaire et les Archanges qui partagent la vie, le quotidien. Ils sont, ils me communiquent les Annales Akashiques et diverses informations, révèlent le fonctionnement de l’Univers et mondes parallèles en perpétuels mouvements et ce depuis de nombreuses années.

Ce récit est dédié à tous les êtres voyageurs de la ligne immuable du temps, cette ligne Quantique Atemporelle que chaque Âme construit et crée selon l’irresponsabilité ou la conscience. Tout est expérimentation. Comprendre, entendre, parcourir le chemin est la clef de la liberté, celle de l’accueil immuable au cœur du vivant.

A vous porteurs de Lumières qui êtes sur l’ultime parcours de vérité. Par ces lignes, je vous offre l’expérience vécue du cheminement intérieur. Puisse la Grâce, la Conscience et la Joie vous accompagner de toute immortalité.

Merci… à tous les Êtres incarnés de l’humanité, à tous nos frères et sœurs extraterrestres, à ceux qui ne sont plus de ce monde, à tous les plans d’existences, aux êtres de lumières et de conscience, À l’Univers, À la Source…

– Ier Chapitre – Le Passage…

Il est deux heures du matin… je suis arrivé à New-Delhi, épuisé par ces longues heures de vol. Hagard, je suis les indications qui me mènent irrévocablement vers la sortie. L’aéroport grouille d‘Âmes affairées, inondées par l’éclairage blafard et sans ombres des néons industriels remplis d’insectes morts. Ils projettent leurs reflets diffus, informes et sombres sur les murs des couloirs sans fin, colorés d’un vert altéré par l’humidité ambiante d’une climatisation à bout de souffle.

Je franchis le seuil d’une réalité différente, un déluge d’eau a posé son miroir sur les sols gondolés par la chaleur vibrante du jour. Dans la moiteur de la mousson, le souffle court, je marche et traverse péniblement le mur d’air chaud. Je romps le portrait paisible des flaques de la dernière pluie en trainant mon bagage sur les sillons ridés des derniers passages, des mouvements marqués et imprimés de l’Œuvre de la matière… à l’infini de la vie.

Les indiens aux regards curieux de toutes différences me dévisagent. Le Balai des Rickshaw ne se fait pas attendre, comme une valse sans partenaire, ils démarrent, s’arrêtent en pétaradant des volutes de fumées grises aux odeurs d’huiles brûlées. Je monte à bord d’un vaisseau raz-bitume à trois roues, le chauffeur à l’accent prononcé « Hindi/Anglais » me demande ma destination, je lui indique un mot : « Paharganj ».

La route est longue vers le centre, escortée des furies sonores d’un trafic chaotique, les tympans éclatent à chaque instant. La sonorité sourde et régulière de l’asphalte laisse place aux nuages de poussières d’une rue en terre qui mène à l’hôtel. La nuit a recouvert de son voile noir la vie, telle une femme vêtue d’un long manteau sombre cachant ses faveurs.

Le moteur cale et s’arrête dans un vacarme de cloches fêlées. Les rues sont abandonnées, désertes. Je paye la course au chauffeur qui redémarre en trombe, me laissant seul au carrefour devant une allée sans fond, comme un silence sans lumière. J’avance sans repère vers un lieu inconnu. La nuit était brûlante et noire comme l’ébène, elle avait la puissance de ces matrices qui déchirent l’ignorance des mondes.

A l’entrée de la maison dans un vieux fauteuil écaillé, le veilleur endormi, d’un bond reprend ses esprits, un large sourire fébrile accompagne son éveil. Après quelques échanges aux modalités embrumés, j’emprunte un escalier étroit en marbre blanc moiré de veines noires, je me dirige vers la chambre par un couloir où tout résonne. Écrasant toute perspective, d’un claquement sec la lumière du seul néon accroché au mur se met à clignoter en flashs désynchronisés et sordides…

Je visite brièvement la pièce, dépose les bagages et me dirige vers la salle de bain, autre flash… les cafards affolés filent dans tous les sens. Papillons et insectes volent autour de la seule ampoule allumée de la pièce, frappant la mince paroie de verre à maintes reprises, se brûlant les corps et les ailes aux feux artificiels de la nuit.

Je m’écroule sur le lit dans un état second. Le ventilateur tourne inlassablement et couine comme une roue céleste accrochée à la matière sans conscience. Je me laisse aller, épuisé, je pars en voyage dans les limbes du soma…

…Au petit matin, aux premières lueurs, j’ouvre un œil, les claies ajourées des volets laissent chanceler en fins rayons la lumière de l’aube. Une grille en croix s’étire et se prolonge sur le mur au-dessus de moi. J’ai peine à lever les membres disloqués d’une caricature révélée : la fatigue chronique. Une véritable marionnette désarticulée, le corps est lourd, épuisé… J’ai rêvé, encore abasourdi par les images vivantes qui me reviennent :

« Dans une atmosphère sombre et ténue, une eau saumâtre noire, liquide, visqueuse et dense, une matière blanche à la surface touche le bord métallique d’une immense cuve de cinquante mètres de diamètre en forme d’entonnoir.

Dans l’eau, un squelette de dos, se retourne ; il est vivant, son ossature souillée de cette eau noire. La tête, le buste, l’épaule gauche apparaissent et émergent de ce magma. On entend un bruit : cette matière se vide par le centre, elle disparait par le fond, une écoutille se referme. Le squelette est au fond, il se relève englué de cette matière visqueuse. Il s’appuie à l’aide de sa main informe sur la paroie et les os glissent et grattent, faisant apparaître un reflet de chrome.

Il regarde et voit. Il se met à gratter et à laver toute la cuve. La cuve en chrome apparaît entièrement nettoyée. Il se tient au fond, se place au centre. Dans le bas une plate-forme en cercle couvre l’écoutille, il se tient dessus à la verticale.
Il observe ses bras, pose ses mains sur son visage. Aux quatre points à hauteur de son plexus apparaissent 4 miroirs. Un faisceau de lumière se réfléchit en un prisme, s’ensuit un spasme violent, il est entièrement nettoyé, le squelette est blanc. Un autre cercle de métal sort du bas de la cuve, il monte dessus refermant le premier cercle. Il se regarde à nouveau et prend conscience.

Il regarde ses mains, les lève au-dessus de sa tête, la nuance des os se touche et résonne. En haut de la cuve, en spirale inversée vers le centre, des centaines de miroirs apparaissent les uns après les autres formant une chaîne continue. Au-dessus de lui, une lentille transparente glisse sur le haut du cercle de la cuve et vient la refermer. Au-delà du dôme, s’ouvre une corolle transpercée d’une lumière blanche qui traverse la lentille reflétée par le jaillissement, les centaines de miroirs s’illuminent en feu ignée.

Une puissance inimaginable baigne la cuve, il règne une atmosphère irréelle, le squelette est pris dans cet éclat puissant, il se transforme, prémisses de la création en accéléré d’un corps, les réseaux nerveux, sanguins, la peau, les cheveux…

Le dôme se referme, la lumière s’estompe laissant place à un éclairage artificiel, les miroirs se referment dans le sens inverse à grande vitesse jusqu’en haut de la cuve. Un être est né, il s’observe, prend conscience du corps révélé. Dans la cuve, face à lui, les marches d’un escalier apparaissent.

Hésitant, il ascensionne, pas après pas vers une ouverture dans le haut de la paroie. Arrivé à une porte sur le côté droit inséré dans le mur un rectangle apparaît un cercle blanc lumineux. La paume de sa main se pose sur le disque ne formant qu’un, un sas s’ouvre du bas vers le haut, il pénètre dans un couloir derrière lui, la porte se referme. Il se présente devant l’autre accès, pose sa main droite sur une poignée et pousse devant lui le dernier mur de la séparation.

J’apparais, je me trouve nu dans une galerie commerciale, Je traverse la foule immense qui se meut en chaos dans tous les sens, ils ne me sentent pas, ne me voient pas. La présence à l’être que je suis est invisible de tous. »
Je me réveille en sursaut, abasourdi, effaré par l’intensité de ce vécu, une torpeur sublime me maintient à l’intérieur. Chaque cellule de ce corps est vibration absolue.

Je tremble à l’unisson. Je me pose sur le bord du lit, me relève doucement, lucide de ce rêve qui n’en est pas un, je titube conscient d’une réalité renouvelée, une autre étape se présente, une transmutation se propose, vivre en continu l’expérimentation de cette dimension en présence…

…A suivre, Bien vous, en joie de partager avec vous ce fragment de récit qui ne fait que commencer…
Luc Benhamou

Tout droit de reproduction interdit, même partiel sans l’autorisation de l’auteur.
N° SACD : (dépôt légal 2019)
Copyright Luc Benhamou (2019)

Luc Benhamou – Auteur Médium Conférencier
Contact par courriel : soulhealersfoundationparis@gmail.com

Retrouver cet article sur Facebook : https://www.facebook.com/Luc.Benhamou.Auteur.Medium.Conferencier/posts/119555646085180

Luc Benhamou

Auteur – Médium – Conférencier
Fondateur et Président de :

Fondation Internationale des Guérisseurs d’Âmes
The International Foundation of Soul Healers

Copyright – © – Novembre 2018

Par SMS uniquement : +33 (0)6 32 84 97 03

Ci-Après, l’ensemble des Liens et Médias existants à ce jour, à votre discrétion :

Contact pour la Fondation :
contact@soulhealersfoundation.com

Contact pour les séances individuelles :
soulhealersfoundationparis@gmail.com

Site Web de : The International Foundation Of Soul Healers :
https://soulhealersfoundation.com

Lien linktree :
https://linktr.ee/soulhealersfoundation

Facebook Page : Luc Benhamou
https://www.facebook.com/luc.benhamou.71

Facebook Fan Page :
Soul Healers Foundation Paris – Luc Benhamou
https://www.facebook.com/soulhealersfoundationparis/

Facebook Fan Page :
Âmes en réversion Karmique – Luc Benhamou et Pascale Grissmer :
https://www.facebook.com/AmesenReversionKarmique/

Facebook Page – Personnalité Publique
Luc Benhamou – Auteur – Médium – Conférencier :
https://www.facebook.com/Luc.Benhamou.Auteur.Medium.Conferencier/

Unionlight : Soul Healers Foundation / Luc Benhmaou

Google My Business : Soul Healers Foundation / Luc Benhmaou

Instagram/ IGTV Pro : Soulhealersfoundation

Dans la chronologie des liens direct à la chaîne Odysee :
 https://odysee.com/@soulhealersfoundation:2

Dans la chronologie des liens direct à la chaîne YouTube :
https://www.youtube.com/c/SoulHealersFoundationParisLucBenhamou

✨ Le Live « L’Astral et L’Ether 
Le Mouvement planétaire : Le 28 Juin 2021 
Avec Marvin Duponchelle 
https://youtu.be/Lp_shEdJqW0

✨ Le Cercle de Lumière du 1er Mai 2021
12 Mediums en Présence et en Fusion
https://youtu.be/Re86cXreMVY

✨ Le Cercle de Lumière du 28 Mars 2021
https://youtu.be/FU8iyLWy0T8

Teaser Vidéo
 Genève 30 et 31 Janvier 2021 « Soins Collectifs de « Guérison Christique Diamantaire »
https://youtu.be/NbgOLh7wImg

Conférence Live – Vidéo du 7 Octobre 2020 « La Newsletter Stellaire » 
« Les Canaux Médiumniques » – « Interview et Live Facebook avec Arnaud Mahler »
https://youtu.be/gMGYPzzW7vo

Conférence Live – Vidéo du 3 Juin 2020 « La Newsletter Stellaire »
« Le Miroir des illusions – Le Corps Quantique »
`« Interview et Live Facebook Arnaud Mahler »
https://youtu.be/IxyhvkjN9zA

Conférence Live – Vidéo du 8 Avril 2020 « La Newsletter Stellaire »
« Interview et Live Facebook Arnaud Mahler »
https://www.youtube.com/watch?v=lgdrZHjcaKE

Conférence « De la Communication à la Communion… »
du Samedi du 14 Septembre 2019 à Breitenbach/Alsace
https://youtu.be/U1JFgJJ0VVc

Film/Teaser : « Le 2 éme voyage de la Reconnexion de L’Âme »
Sedona /Arizona : Voyage Quantique dans les Vortex simples et Bi-Spiraux
(Du 1er au 13 Septembre 2019)
https://youtu.be/PbGgxt1pQJ8

Conférence vidéo du 28 Juillet 2018 au :
« Château de Reilhanette à ciel ouvert » :
Communication Quantique – Vies Antérieures
« L’Amour c’est de la Com…»
https://youtu.be/o598Ho26ino

Video conference of July 28, 2018 at the :
“Château de Reilhanette in the open air” :
English Subtitles « Quantum Communication
Anterior Lives – « Love is the Com … »
https://youtu.be/bqs8Y0jJHus

Vidéo/Teaser « Remerciements »
https://youtu.be/VaC_m-aGVEw

Meeting March 9th 2017 – English Subtitles –
https://youtu.be/Syvm4TxRXj0

Entretien Vidéo du 9 Mars 2017
https://m.youtube.com/watch?v=ZNRg8cI87gE

Bannière Vidéo YouTube – Soul Healers Foundation Paris
https://youtu.be/MP1FC3rvhdM

Entretien Vidéo « Autobiographie » du 22 Novembre 2016
https://m.youtube.com/watch?v=ZZS1IGj-BSU

Vidéo Meeting « Autobiography » November 22th 2016
English Subtitles
https://youtu.be/ZZS1IGj-BSU

Interview du 24 Janvier 2017 / Article du journal Tepaseul magazine :
http://www.tepaseul-magazine.fr/lamour-inconditionnel-coeur-de-lhumain/

✨Amour et Paix 💜 Luc Benhamou
Merci Infiniment, je vous souhaite une merveilleuse présence de Vie…

Luc Benhamou

Auteur – Médium – Conférencier
Fondateur et Président de :

Fondation Internationale des Guérisseurs d’Âmes
The International Foundation of Soul Healers

Copyright – © – Novembre 2018

Par SMS uniquement : +33 (0)6 32 84 97 03

Restez Informés de l’Actualité de la Fondation

Pour être tenu informé des dernières Nouvelles et Articles,
merci de remplir les champs ci dessous :

Partager cette Page sur les Réseaux Sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn